L’Europe se prépare à des difficultés économiques accrues alors que l’Allemagne et la France imposent un confinement national

L’Europe se prépare à des difficultés économiques accrues alors que l’Allemagne et la France imposent un confinement national

La France et l’Allemagne annoncent de nouveaux confinements à l’échelle nationale et d’autres gouvernements envisagent de faire de même.

Les dernières mesures prises pour faire face à la deuxième vague d’infections à Covid-19 en Europe pourraient entraîner une hausse du chômage, la fermeture définitive de nombreuses entreprises et une augmentation de la dette nationale.

Des blessures profondes

« Des cicatrices se produiront à chaque itération », ont déclaré mercredi les analystes de High Frequency Economics à propos des nouveaux confinements.

« Les entreprises et les ménages vont faire faillite, augmentant le nombre d’emplois qui ne reviendront jamais, quel que soit le taux d’intérêt et le niveau de relance budgétaire ».

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mercredi un deuxième confinement national à partir de vendredi, seules les écoles et les usines restant ouvertes – contrairement à mars, où elles étaient également fermées.

Cette décision porte un nouveau coup aux restaurants, bars, cinémas et détaillants, dont beaucoup commençaient à peine à se remettre sur pied.

« Le choc est terrible, surtout pour les petites et moyennes entreprises, qui sont fermées à la période la plus importante de l’année, avant les vacances », a déclaré Tomasz Michalski, professeur d’économie à HEC Paris, par courrier électronique à CNBC.

« Dans beaucoup de ces (entreprises), la plupart des ventes annuelles ont lieu au cours du dernier trimestre de l’année. Leur activité sera à nouveau reprise par les supermarchés et les grandes surfaces en ligne ».

Des industries au développement favorable

Les achats en ligne ont explosé lors des premiers confinement à travers l’Europe, lorsque les consommateurs, coincés à la maison, dépendaient des services de livraison pour tout, de l’épicerie aux loisirs et aux articles ménagers.

« Le PIB (produit intérieur brut) français semble maintenant devoir baisser de manière significative au quatrième trimestre, peut-être de 3 à 4 % », ont déclaré les analystes de Berenberg dans une note jeudi.

L’office français des statistiques a déclaré au début du mois – avant la nouvelle du dernier confinement – qu’il s’attendait à ce que l’activité économique se stabilise à « 5 % en dessous de son niveau d’avant la crise » au cours du troisième trimestre de l’année, après s’être contractée de près de 15 % au deuxième trimestre.

Le moteur économique de l’Europe est également sous pression
La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé mercredi un « confinement léger », qui fermera les bars, restaurants, salles de sport, cinémas et théâtres dès la semaine prochaine.

En plus de maintenir les écoles ouvertes, ainsi que les hôtels pour les voyageurs d’affaires, l’Allemagne autorise également les magasins à fonctionner, bien qu’avec un nombre limité de clients.