Des start-ups embauchent pendant le confinement

Des start-ups embauchent pendant le confinement

Bien qu’elles soient en plein milieu d’un second confinement depuis début novembre, des start-ups françaises continuent d’embaucher, signe supplémentaire que le coronavirus n’a pas réussi à stopper l’économie numérique.

Plus de 2000 postes à pourvoir

Les dernières données de France Digitale, un groupe industriel représentant environ 1 800 start-ups, montrent que quelque 140 entreprises embauchent, avec un total de 2 150 postes vacants.

C’est moins que les 300 entreprises qui embauchaient pendant la première période de confinement, entre mars et mai, lorsque le tableau d’affichage des offres d’emploi de France Digitale a été lancé pour la première fois. À ce moment-là, 3 000 postes étaient disponibles sur le tableau.

Mais cela montre qu’il y a encore des emplois à pourvoir dans le secteur technologique français en pleine croissance. Les entreprises en phase de démarrage sont essentielles pour l’économie française : au quatrième trimestre 2019, 94 % des emplois créés dans le cadre de contrats à long terme provenaient d’entreprises en phase de démarrage.

Le gouvernement a cherché à renforcer son soutien aux startups, avec une injection de 4 milliards d’euros en mars et plus de 10 000 startups ayant reçu des prêts garantis par l’État tout au long de la pandémie, selon le Ministre délégué aux affaires numériques Cédric O.

Les start-ups qui embauchent

En mars dernier, c’est BackMarket, le marché en ligne pour les produits rénovés, qui avait le plus de postes vacants, avec 74.

Aujourd’hui, Believe, une société de distribution musicale basée à Paris, et Mirakl, une plateforme de marché SaaS en ligne, ont toutes deux 100 emplois répertoriés chacune.

Voici les autres entreprises qui embauchent.

  • Believe : 100 emplois répertoriés.
  • Mirakl : 100 emplois répertoriés.
  • Mangopay : société basée à Paris qui fournit des solutions de paiement pour les sites de crowdfunding et les fintechs. Elle a actuellement 80 postes à pourvoir.
  • Dataiku : société de logiciels d’IA, basée à New York mais avec une base importante à Paris. Elle compte actuellement 80 postes vacants.
  • Dream Catcher Sales : 80 postes sont actuellement à pourvoir dans son cabinet de conseil en vente B2B.
  • BackMarket : la place de marché en ligne de produits remis à neuf, qui a eu le plus grand nombre de postes vacants de toutes les entreprises ouvertes lors du premier verrouillage des coronavirus, compte actuellement 65 postes annoncés.