Airbus supprime 15 000 emplois à cause de la pandémie

Airbus supprime 15 000 emplois à cause de la pandémie

Plus de 10 % des effectifs d’Airbus seront réduits au cours des 12 prochains mois, alors que la demande de nouveaux avions s’effondre en raison de la crise des voyages provoquée par la pandémie.

La compagnie a déclaré mardi qu’elle réagissait à une baisse de 40 % de l’activité de ses avions commerciaux au cours des derniers mois et qu’elle s’attendait à une reprise lente.

Elle avait déjà placé plus de 6 000 travailleurs au Royaume-Uni et en France dans le cadre de programmes de mise à pied financés par le gouvernement en avril dernier.

France et Allemagne seront les premiers touchés

C’est en France et en Allemagne que les pertes d’emplois seront les plus importantes, avec environ 5 000 postes dans chaque pays. Le Royaume-Uni perdra 1 700 emplois, l’Espagne 900 et le reste sera supprimé sur d’autres sites dans le monde.

La compagnie a déclaré qu’elle tenterait de réduire le nombre de licenciements par des départs volontaires, des retraites anticipées et des programmes d’emploi partiel à long terme.

Airbus a jusqu’à présent évité un renflouement par le gouvernement, mais il doit faire des économies. La société a dépensé 8 milliards d’euros en espèces au cours du premier trimestre, dont 3,6 milliards d’euros en pénalités liées à des enquêtes de corruption en Grande-Bretagne, en France et aux États-Unis. Sa perte nette s’est élevée à 481 millions d’euros.

Une crise clairement mondiale, qui touche la totalité de l’industrie de l’aviation

De nombreuses compagnies aériennes qui achètent des avions Airbus ont été gravement touchées par la pandémie.

L’industrie mondiale du transport aérien va perdre un montant record de 84 milliards de dollars cette année, selon l’Association internationale du transport aérien, qui ne prévoit pas de retour à la rentabilité en 2021, même si l’activité économique mondiale connaît un fort rebond.

Les entreprises qui fournissent des pièces à Boeing et Airbus sont également obligées de réduire leurs coûts et de supprimer des emplois à mesure que la demande pour leurs produits diminue. Il en va de même pour les exploitants d’aéroports et les entreprises qui traitent les bagages et fournissent d’autres services aux compagnies aériennes et aux voyageurs.